Ma ville selon mon profil

ÉQUIPEMENTS MUNICIPAUX

La Commune de Launac est équipée de plusieurs infrastructures communales (sportives, culturelles et administratives).
L’Hôtel de ville et les services techniques sont des bâtiments administratifs.
A la disposition des associations, des habitants de la Commune et des extérieurs, les équipements sportifs et culturels accueillent tous types de manifestations : réunion, sports, loto, spectacle, repas, mariage, fête de famille,….

Le château de Launac

Les vicomtes de Gimoes élevèrent au xiie siècle un puissant château autour duquel fut créé un village fortifié qui devint un des centres les plus importants de la région. En 1148 le château passa dans la maison de l’Isle (Jourdain), qui accorda à Launac sa charte de coutumes en 1297. Démantelée après le traité de Paris de 1229, la forteresse fut rebâtie au xve siècle par les Carmaing de Nègrepelisse. Elle comportait quatre tours d’angle dont une ancienne tour du xiie siècle. Ce château fut sans doute à nouveau démantelé par Richelieu sous le règne de Louis XIII. Il en subsiste aujourd’hui deux ailes, dont l’aile nord coiffée d’une rangée de mâchicoulis et d’un chemin de ronde ainsi que la tour du xiie siècle. À partir du xviie siècle le château devint la propriété de différents parlementaires toulousains, dont Nicolas d’Aguin en 1710 qui modernisa l’édifice, et en 1737, Jean-François Tournier de Vaillac, qui choisit cependant de résider dans son château de Larra. À l’intérieur du château se trouvent une cheminée monumentale et des décors peints du xve siècle.

Église Saint-Étienne

L’église date de 1854, elle fut construite à l’emplacement d’un édifice ancien mentionné dans le testament de Bertrand de l’Isle du 16 février 1360. Cette première église fut incendiée en 1580 par les protestants venus de Mas-Grenier. En 1850, le conseil municipal décida de détruire la vieille église de terre qui était vétuste. Le chantier fut conduit par le curé Crabier, curé de la paroisse de 1841 à 1891. Les plans furent dessinés par les architectes Delort et Jaffert et la construction réalisée par les maîtres maçons Esparbes et Delille. En 1867 le curé fit un courrier à l’Impératrice pour demander un secours supplémentaire (4 800 francs avaient déjà été accordés). Les travaux furent achevés en 1871. Le chantier avait coûté 34 369,29 Francs. En 1877 on réalisa la voûte de l’église et on travailla aux deux chapelles. En 1879 on modifia le clocher avec un beffroi. On installa les vitraux et la rosace. Le 29 mai 1880 l’église fut consacrée par le cardinal Deprez, archevêque de Toulouse, comme en témoigne le vitrail de la chapelle des fonts baptismaux. Dans le chœur sont représentées des scènes de la vie de saint Étienne qui donne son nom à l’église. Il s’agit actuellement d’une des seule églises du département20 ou la messe est célébrée selon le rite tridentin21,22.

Église Saint-Barthélemy de Galembrun

L’existence d’une première église est mentionnée dans les archives en 1360. Au xixe siècle, elle était devenue vétuste et il fut donc décidé de la reconstruire. L’architecte Edmond Chambert réalisa cette église à nef unique à partir de 1846 mais le clocher fut ajourné dans l’attente de nouvelles ressources. C’est Jacques-Jean Esquié, architecte départemental, qui, à partir de 1851, construisit l’élégant clocher–tour octogonal sur porche. De 1858 à 1862 il éleva les murs de l’église et réalisa une fausse voûte d’ogives. Le tableau (fin XVIIIe, début xixe siècle) Saint Exupère distribuant des aumônes aux nécessiteux est classé. En 1896, le décor s’enrichit de deux vitraux de A. Domerc et de trois autels de marbre. En 1986, de nouveaux travaux de restauration furent réalisés.

Halle de Launac

La première halle de Launac se tenait contre l’église. Mais le 5 août 1850 elle s’effondra faisant une quarantaine de blessés. La municipalité décida de la reconstruire à un nouvel emplacement. Elle confia les travaux à l’architecte toulousain Jacques-Jean Esquié (1817-1884). Les travaux de la nouvelle halle s’étalèrent de 1852 à 1854. La façade principale est ouverte par un grand arc et les façades latérales comptent chacune sept arcades en plein cintre séparées par six contreforts. Le couvrement d’origine fut remplacé ultérieurement par une charpente métallique. L’appareil mixte de briques et galets, initialement enduit, fut mis au jour lors de la restauration en 2009. Il y avait autrefois quatre foires par an : le 3 février, le 8 juin, le 4 août et le 8 novembre. On y vendait les productions locales, l’activité agricole étant la vocation dominante de Launac.